Une Semaine, un Chapitre

(ou un peu plus...)

Frankenweenie de Tim Burton

2 commentaires

frankenweenie affiche

Faire d'un moyen métrage un long métrage a ses difficultés, notamment réussir à développer l'histoire et ses personnages. Tim Burton relève le défi avec Frankenweenie. Si le moyen métrage était du live action, le long métrage est en stop motion, une technique à l'origine de pépites du cinéma (L'étrange Noel de Monsieur Jack, Les Noces Funèbres).
Après un Dark Shadows qui lorgnait du côté de la parodie, Tim Burton revient à ses premières amours : l'étrange et le bizarre, le gothique classique.



Lire la suite...

The Dark Knight Rises de Christopher Nolan

3 commentaires

the dark knight rises affiche


Les films de Christopher Nolan sont souvent très attendus : pour ses acteurs, ses récits et pour ses personnages - ici le Batman.
The Dark Knight Rises signe le retour du Batman au cinéma quatre ans après The Dark Knight. Cette fois ci c'est un affreux nouveau méchant qui va s'attaquer à Gotham City : Bane, un grand costaud qui a la particularité d'être masqué au milieu de la figure suite à d'importantes blessures.




Lire la suite...

Tucker et Dale fightent le mal : et si le film d'horreur n'était que l'illustration d'un manque de communication ?

aucun commentaire

tucker-dale-fightent-le-mal

Dans Tucker et Dale fightent le mal, Eli Craig offre aux spectateurs une comédie horrifique drôle et décalée.
Tout commence dans une petite supérette glauque au milieu de nulle part : Tucker et Dale achètent des oeufs durs macérés et du matériel pour nettoyer et remettre sur pied leur maison de vacances. Ils tombent sur un groupe de jeunes et Dale tentent une approche de séduction qui échoue. Plus tard, c'est en pêchant de nuit que les deux amis sauvent Allison, l'une des étudiantes, qui tombe d'un rocher. Mais la bande de jeunes croit à un enlèvement et tente de récupérer leur copine.


Lire la suite...

L'art d'aimer - la comédie romantique à la française

aucun commentaire

art d aimer affiche

L'art d'aimer d'Emmanuel Mouret est un joli petit film chorale/à sketches sur l'amour.

Soyons clair : ça commence mal, avec une voix off assez enquiquinante, un personnage de pianiste qui cherche celle qui lui permettra d'entendre la musique de l'amour et qui comme par hasard tombe malade. C'est didactique, trop écrit, artificiel.

Heureusement, ensuite, Emmanuel Mouret change de ton : il titille, et propose des histoires drôles et quelquefois osées.


Lire la suite...

Twilight 4 Révélation : la saga continue sur sa lancée

aucun commentaire

twilighe 4 affiche Cette semaine, c'est le retour du kitch puissance 10 au cinéma avec l'arrivée de Twilight 4 Révélation, l'avant dernier film de la saga. Si vous êtes allergiques au mariage, aux comédies romantiques ringardes et aux dialogues médiocres, passez votre chemin pour ne pas vous tordre les boyaux. Car Twilight est un mélange entre entre le mauvais film de famille, le teen movie sirupeux et la romance ratée.

Où en est-on dans l'histoire ? Bella est sur le point d'épouser Edward. Ils vont se marier dans la forêt, vampire et humains mélangés, comme si de rien n'était. C'est pendant le voyage de noces qu'un premier rebondissement survient : Bella tombe enceinte.


Lire la suite...

Tintin Le Secret de la licorne de Steven Spielberg

2 commentaires

tintin et le secret de la licorne affiche
Tintin, célèbre reporter né sous la plume d'Hergé, est de retour au cinéma avec à la réalisation Steven Spielberg. Une part de rêve, une part d'enfance, envahissent l'écran de cinéma avec la technique moderne de la performance capture.

Le générique du film est une parfaite transition entre la BD et le cinéma, Tintin passant d'un univers à l'autre avec souplesse et originalité. Tout n'est qu'ombre pour le moment, et on attendra encore un petit moment avant de découvrir le visage de Tintin puisque celui-ci, dans la première scène du film, est en train de se faire tirer la caricature par un artiste de rue.


Lire la suite...

Sucker Punch : explication et critique du royaume du too much

13 commentaires

sucker-punch-affiche
On l'appelle Babydoll. Elle est habillée comme une héroïne de manga et a été placée dans un asile par son beau-père qui veut percevoir l'héritage de la défunte mère. Dans cinq jours, elle sera lobotomisée : c'est l'accord qui a été conclu entre l'un des dirigeants de la prison et le beau-père, prêt à donner une belle liasse de billet pour service rendu.
Ainsi commence Sucker Punch, Babydoll devant faire face à plusieurs traumatismes : la mort de sa mère, celle de sa soeur, la noirceur d'âme de son beau-père et une lobotomie programmée dans cinq jours.



Lire la suite...

Une pure affaire : la drogue pour les nuls

5 commentaires

une-pure-affaire-affiche

Le pitch d'Une Pure affaire a tout pour plaire : une famille lambda, de classe moyenne, se trouve peu à peu confrontée à la spirale de la drogue lorsque le mari -David Pelame- trouve le soir du réveillon, en promenant son chien, un sac qui contient de la cocaïne et un téléphone.
Bien vite, David prend la place de l'ancien dealer. On l'appelle. Il vient avec la dose demandée. Alexandre Coffre nous embarque dans une comédie merveilleusement loufoque et surréaliste, sur un terrain pourtant bien réel.



Lire la suite...

Paul : une parodie du film d'extraterrestre un peu sage

5 commentaires

paul-affiche
Deux geeks anglais très laids assistent au Comic Con de San Diego avant de partir en caravane pour une visite des points stratégiques des phénomènes extraterrestres. Sur leur route, Graeme et Clive font une rencontre hors du commun : en pleine nuit, après avoir assisté à un accident de voiture, ils tombent nez à nez avec Paul - un extraterrestre.

C'est un peu un rêve qui se réalise pour les deux copains, fans de science fiction et de BD. Mais avant de saisir leur chance, les deux amis vont d'abord grave flipper, en se remémorant tout ce qu'ils savent sur les extraterrestres et donc leur potentielle dangerosité.


Lire la suite...

127 heures : la métamorphose de soi dans les gorges de l'Utah

3 commentaires

127 heures affiche



127 heures démarre sur les chapeaux de roue : Aron (James Franco) est une vraie pile électrique. Le week end vient à peine de commencer et il part en voiture à fond la caisse, musique à plein régime. Direction les canyons de l’Utah, sa deuxième maison, pour une randonnée à vélo et à pied.





Lire la suite...

- page 1 de 6